Accueil | Édouard Ganche | Bibliographie | Bibliographie critique | Chronologie | Miscellanées | F.A.Q. | Recherche | Liens |



Édouard Ganche à Majorque

En avril 1928, Édouard Ganche se rend avec son épouse à l'ancienne Chartreuse de Valldemossa, sur l'île de Majorque, là même où Frédéric Chopin séjourna un mois et demi durant l'hiver 1838-1839 en compagnie de George Sand et de ses enfants. À cette époque, on ignore quelle fut exactement la cellule [1] occupée par Sand et Chopin, et le problème ne manque pas d'intéresser Édouard Ganche.

Au terme d'une enquête minutieuse, Édouard Ganche parvient à déterminer que la cellule de Chopin est celle qui porte désormais le n°4. Il se base notamment sur un dessin d'un des enfants de George Sand, sur le récit que fit Sand de leur voyage à Majorque, ou sur le témoignage de proches de George Sand, dont sa nièce. Cette affirmation est néanmoins aussitôt contestée par le propriétaire de la cellule n°2 qui pensait jusqu'ici posséder l'authentique cellule de Chopin. Une âpre polémique s'en suivra dans les pages du journal local Última Hora. Un musée sera amenagé en 1932 dans la cellule n°4 par Gabriel Quetglas Amengual et son épouse Mercedes Tous Fiol, avec le concours d'Édouard Ganche et d'Estanislao Pellicer. Même si, au cours des décennies qui suivirent, les études portant sur le séjour de Chopin à Majorque semblèrement accréditer la thèse d'Édouard Ganche, [2] jusqu'en 2011 les propriétaire de la cellule n°2 continuèrent à contester cette version.

Édouard Ganche reviendra à Majorque en 1931 dans le but d'y créer le Festival Chopin.

Aujourd'hui, la celllule authentifiée par Édouard Ganche est officiellement considérée comme la seule et unique cellule occupée par Chopin. [3]  Le musée qui s'y trouve est désormais dirigé par Gabriel Quetglas, petit-fils du fondateur. On y voit notamment le piano Pleyel utilisé par Chopin lors de son séjour. Un plaque commémorative rappelle qu'Édouard Ganche a fait partie des promoteurs de ce projet. [4] Une vitrine contenant divers objets ayant appartenu à Édouard Ganche devrait prochainement trouver sa place dans ce musée, afin d'y rappeler sa contribution et lui rendre hommage.

Ci-dessus, de gauche à droite: Édouard Ganche, Mercedes Tous Fiol, Marthe Bouvaist-Ganche à Valldemossa en 1928.
Photo. © Gabriel Quetglas et Museo Chopin de Valldemosa. Reproduction interdite.


Ci-dessus, le dessin de Maurice Sand prêté à Édouard Ganche par Aurore Lauth Sand.
Photo. Édouard Ganche © Gabriel Quetglas et Museo Chopin de Valldemosa. Reproduction interdite.

Ci-dessus, Chopin par Sand. Chopin considérait ce portrait comme l'un des plus ressemblants (lettre du 8 juin 1847).


Celda de Chopin en la Cartuja de Valldemossa
Ci-dessus, le musée Chopin de Majorque.


Notes:
1. En fait, un petit appartement. L'appelation cellule s'explique par l'ancienne affectation du bâtiment, occupé précédemment, comme son nom l'indique, par des religieux. À l'époque où Chopin s'y rend en villégiature hivernale, les cellules ont été achetées par différents propriétaires qui les louent aux voyageurs.
2. Voir notamment: Christian Abbadie, Les Voyages de George Sand en Espagne (1808-1838), thèse de doctorat, Université Grenoble III, 1986.
3. Jugement du Tribunal de Commerce de Palma de Majorque du 31 janvier 2011.

4. Au décès d'Édouard Ganche, le propriétaire de la cellule n°4 obtint du gouverneur civil des Baléares l'autorisation exceptionnelle de découvrir durant une journée cette plaque qui, depuis quelques temps déjà, avait été masquée sur son ordre.
Références:
- Édouard Ganche, «L'authentique cellule de Frédéric Chopin dans la Chartreuse de Valldemossa», dans La Pologne, 1er juin-1er juillet 1932.
- Édouard Ganche, La auténtica celda de Frédéric Chopin en la Cartuja de Valldemossa, Lleonard Muntaner Editor, 1994. ISBN 978-84-88946-04-1, 2 x 36 p. Traductions de l'article précédent en castillan et en catalan, accompagnées de photographies et d'un avant-propos du traducteur, Pío Tur Mayans, évoquant la visite d'Édouard Ganche.
- Raphaël de Gubernatis, «Le piano de Chopin: 80 ans d'imposture à Majorque», nouvelobs.com, 9 mars 2011.
- Carlota Vicens-Pujol, «La réception d'Un hiver à Majorque en Espagne: la presse, les prologues», Llorenç Villalonga, Un été à Majorque, P.U. Blaise Pascal, 2008, ISBN 978-2-845163-90-4, p.247-259.

Liens externes:
- Museo Chopin de Valldemosa.

[haut]


© 2017 Philippe Gindre