Accueil | Édouard Ganche | Bibliographie | Bibliographie critique | Chronologie | Miscellanées | F.A.Q. | Recherche | Liens |





Édouard Ganche à Trouville en 1930.

Édouard Ganche (Baulon, 13 octobre 1880 - Lyon, 31 mai 1945)

Fils d'un médecin de campagne de la région de Rennes prématurément décédé à l'âge de 42 ans, alors qu'il n'avait lui-même que 12 ans, Édouard Ganche se passionna toute sa vie pour la chose médicale. Membre de la Société française d'Histoire de la médecine, il entretint des rapports réguliers avec de nombreux praticiens et chercheurs de son temps. Il ne put toutefois jamais exercer, une surdité prononcée l'ayant obligé à renoncer à ses études. Initié à la musique par sa mère, il devint par contre, en dépit de son handicap, un musicologue renommé qui consacra une grande partie de sa vie et de sa fortune à Frédéric Chopin (1810-1849), dont il s'attacha à retracer l'existence et à promouvoir l'oeuvre. Dès 1911, il fonda à Paris la Société Chopin en compagnie de Camille Le Senne (1851-1931) et de Maurice Ravel (1875-1937). On lui doit également l'édition monumentale de l'oeuvre du compositeur (Oxford University Press, 1928-1932). Son intérêt pour Chopin l'amena à devenir en France un ardent défenseur de la culture polonaise. Il rassembla les résultats de ses travaux dans quatre ouvrages parus au Mercure de France: Frédéric Chopin: sa vie et ses oeuvres (1913), Dans le souvenir de Frédéric Chopin (1925), Voyages avec Frédéric Chopin (1934), et Souffrances de Frédéric Chopin (1935). Dans ce dernier ouvrage sous-titré «Essai de médecine et de psychologie», il mit à profit sa formation médicale pour livrer une étude détaillée des pathologies dont était affligé le compositeur.

La collection d'Édouard Ganche, rassemblant de nombreux manuscrits et objets personnels ayant appartenu à Chopin, est aujourd'hui conservée en Pologne, au Musée et à la Bibliothèque de l'Université Jagellonne de Cracovie. Le fonds Édouard Ganche de la Bibliothèque nationale de France (Département de la Musique), constitué d'une multitude de lettres, de prospectus, d'affiches, de programmes, de coupures de presse, de photographies et de manuscrits inédits (essentiellement des essais de médecine) rassemble l'essentiel de ses archives personnelles, léguées à sa mort par sa veuve, Marthe Bouvaist-Ganche (1888-1971), elle-même pianiste renommée.

Dans sa jeunesse, à l'époque où il fréquentait à Paris les amphithéâtres de dissection et la clinique chirurgicale du docteur Doyen, Édouard Ganche livra une série de contes macabres dont certains furent rassemblés dans un recueil paru en 1909 et intitulé Le Livre de la Mort. Empruntant à l'école décadente ses thèmes et son style, Édouard Ganche s'y est en fait attaché à exprimer de façon poignante son indignation résignée devant le lot commun de l'humanité.

 

Références:
Édouard Ganche, Mon début dans la médecine. Un médecin de campagne en 1889, Denoël et Steele, 1936, 136 p.
Jean-Michel Nectoux et Jean-Jacques Eigeldinger, «Édouard Ganche et sa collection Chopin», Revue de la Bibliothèque Nationale n°7, mars 1983, p.10-26. ISSN 0249-7344.
Jean-Michel Nectoux, «Édouard Ganche historien de Chopin», préface à Frédéric Chopin, Œuvres pour piano, Fac-similé de l'exemplaire de Jane W. Stirling avec annotations et corrections de l'auteur (Ancienne collection Édouard Ganche), Bibliothèque nationale, 1982, p.VII-X.
Fonds Édouard Ganche, Bibliothèque nationale de France, Département Musique.

[haut]


© 2017 Philippe Gindre