Accueil | Édouard Ganche | Bibliographie | Bibliographie critique | Chronologie | Miscellanées | F.A.Q. | Recherche | Liens |



Marthe Bouvaist-Ganche (1888-1971)

Marthe Bouvaist-Ganche vers 1930.

Marthe Bouvaist-Ganche (1888-1971)

Premier prix de piano du Conservatoire de Paris où elle fut l'élève de François Marmontel (1816-1898), Raoul Pugno (1862-1914) et Alfred Cortot (1877-1962), soliste des grands concerts symphoniques de Paris, professeur de piano au Conservatoire de Rennes, puis au Conservatoire de Lyon où elle devint professeur de la classe supérieure de piano à partir de 1921, Marthe Bouvaist partageait pleinement la passion d'Édouard Ganche pour Chopin. Elle avait fait sa connaissance lors d'un récital qu'elle avait donné pour l'Association France-Pologne en 1922 et l'avait épousé l'année suivante, le 25 juillet.
Ils vécurent alors à Lyon, où Marthe Bouvaist était née, et où elle enseigna le piano au Conservatoire jusqu'en 1950. Après la mort de son époux en 1945, elle veilla sur ses archives et sur les partitions annotées par Chopin qui avaient servi à Édouard Ganche pour établir l'édition monumentale des oeuvres du compositeur. En 1949, elle fit paraître au Mercure de France une édition revue et augmentée par Édouard Ganche avant sa mort de Frédéric Chopin: sa vie et ses oeuvres, le premier ouvrage de l'auteur paru chez ce même éditeur en 1913. À sa mort en 1971, elle légua l'ensemble de ces documents à la Bibliothèque nationale où ils font désormais partie du fonds Édouard Ganche, conservé au Département de la Musique.
En 1982, la Bibliothèque nationale a édité une édition en facsimilé des partitions de Chopin.

Références:

Jean-Michel Nectoux, «Édouard Ganche historien de Chopin», préface à Frédéric Chopin, Œuvres pour piano, Fac-similé de l'exemplaire de Jane W. Stirling avec annotations et corrections de l'auteur (Ancienne collection Édouard Ganche), Bibliothèque nationale, 1982, p.VII-X.

[haut]


Téléchargez librement Le Livre de la Mort et L'Ordre de la Mort, les deux recueils de contes macabres d'Édouard Ganche, en version pdf.

© 2017 Philippe Gindre